Un peu de biblio pour bien commencer l’année 2015

Avez-vous manqué les articles des dernières semaines sur le SCA ST+ ???


Vous pouvez découvrir ou redécouvrir le meilleur de la sélection de VIBE, choisie avec soin pour vous permettre de bénéficier du meilleur de l’actualité du SCA. 

Cliquez sur le titre pour accéder à l’article.


Comme l’indique la revue American Journal of Cardiology, le nombre de visites aux urgences pour un infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST (SCA ST+) aux USA a diminué de 2006 à 2011 (passant respectivement de 300466 [10,1/10000 visites] et 277343 [7,3/10000]). Les auteurs de l’étude attribuent cette diminution à la qualité et à la rapidité de la prise en charge thérapeutique du SCA ST+.

Le mot de VIBE (MDV) : De mieux en mieux... mais on peut encore s'améliorer.




Comme l’indique la revue médicale JAMA Internal Medicine, le dosage des biomarqueurs cardiaques est effectué chez 16,9% des patients consultant aux urgences (n = 44448). 8,2% de ces tests ont été effectués chez des patients ne présentant aucun syndrome coronarien aigu (SCA). Par ailleurs, ils sont effectués au moins une fois chez 47,0% de l’ensemble des patients admis à l’hôpital. Le nombre de dosages effectués était proportionel au volume des tests effectués par les services concernés.

MDV : Arrêtons les frais... du bon usage des biomarqueurs cardiaques.


Selon cette étude publiée dans la revue The American Journal of Emergency Medicine, les patients atteints d’infarctus du myocarde sans sténose artérielle coronaire (n = 272) présentaient une réduction de la mortalité toutes causes confondues (4,9% contre 14,3%) ainsi que de la mortalité associée aux événements cardiaques (2,9% contre 10,1%) par rapport aux patients atteints d’un infarctus du myocarde sans élévation du segment ST (NSTEMI) subissant une intervention percutanée (n = 253) lors d’une période de suivi moyenne de 22,3 mois. Le taux de survie sans événement s’est avéré supérieur dans le premier groupe par rapport au deuxième groupe de patients (58,4% contre 28,8%) et inversement proportionnel au taux de troponine. Les patients atteints d’infarctus sans sténose coronaire étaient jeunes, de sexe féminin, présentaient moins de symptômes angoreux, avaient une élévation des enzymes moindre et une FEVG accrue par rapport aux patients NSTEMI.

MDV : Mieux vaut être jeune et "spastique"... que vieux et coronarien.