Votre lettre e-Triage n°3 va réchauffer votre automne !

e-triage - Diagnostiquer, prioriser, traiter l’information de vos urgences - VYGON Value Life


 
Octobre 2014
 

 
Edito
 
 
 
« Il y a de l'humain dans tout objet technique »
Gilbert Simondon. Philosophe

Les entreprises concevant, testant et fabriquant du matériel médical concourent aussi, peut-être sans en avoir pleinement conscience, au développement de la pensée philosophique. Leur génie inventif est souvent tourné vers ce qui fait sens et vers une finalité humaine. [...]
 
Dr Jean-Claude Deslandes
Rédacteur en chef
 
 
—————————————————
—————————————————
 
Revue de presse
 
 
Wilderness & Environnement Medicine - Vol. 25. N° 2. 2014
- Poly-L-Arginine en lotion et régression des lésions cutanées au froid.
- Asthme et activités physiques en nature.
- Prévention du mal aigu des montagnes.
Lire la suite…  
 
The American Journal of Emergency Medicine - Mai 2014
- Prédiction d'endocardite chez les usagers de drogues injectables consultant pour fièvre.
- AVC : évaluation d'une prise en charge par des secouriste sous contrôle médical.
Lire la suite…  
 
JEUR - Juin 2014
- Le pied diabétique aux urgences.
- Paludisme grave d'importation de l'adulte.
- Anaphylaxie : reconnaître et traiter précocement.
Lire la suite…  
 
The American Journal of Emergency Medicine - Juin 2014
- Score de risque d'une embolie pulmonaire versus dosage des D-dimer chez les patients à faible risque.
- Le Midazolam améliore-t-il le contrôle de la douleur post traumatique en préhospitalier ?
Lire la suite…  
 
Annals of Emergency Medicine - Juillet 2014
- Ondansetron et risque d'arythmie.
- Botulisme en prison.
- Un pré-traitement par lipides IV réduit la mortalité par cocaïne chez le rat.
- Le test d'extension et la recherche d'une douleur osseuse élective sont insuffisants pour exclure un traumatisme grave du coude.
- Compression aortique manuelle externe après traumatisme pénétrant de l'abdomen.
- VNI et traumatisme du thorax.
Lire la suite…  
 
Emergency Medicine Journal - Juillet 2014
- Antibiotiques par voie systémique après incision d'un abcès simple.
Lire la suite…  
 
Annals of Emergency Medicine - Août 2014
- Comparaison des scores PECARN, CATCH et CHALICE pour poser l'indication d'un CT scan chez les enfants souffrant d'un traumatisme crânien mineur.
- Quel risque de lésion cérébrale chez les enfants de moins de 24 mois et présentant un hématome du scalp post traumatique isolé ?
- Intérêt d'un ECG 12 dérivations en préhospitalier.
Lire la suite…  
 
 
 
American Journal of Emergency Medicine - Août 2014
- Intérêt d'un escabeau incliné pour la réalisation de compressions thoraciques.
- Glycémie à l'admission et devenir des arrêts cardiaques bénéficiant d'une hypothermie thérapeutique.
- Compressions mécaniques chez les victimes d'avalanche en arrêt cardiaque.
Lire la suite…  
 
 
 
Emergency Medicine Journal - Août 2014
- Méthoxyflurane et prise en charge d'une douleur aiguë.
- Plaie à suturer chez l'enfant : Midazolam oral seul ou avec kétamine orale ?
- Score clinique pour identifier une fracture du scaphoïde.
- Utilisation d'un index bispectral pour monitorer la sédation des patients sous ventilation mécanique, en préhospitalier.
- Mannitol ou sérum salé hypertonique pour contrôler les poussées hypertensives intracrâniennes post traumatiques ?
Lire la suite…  
 
Annals of Emergency Medicine - Septembre 2014
- Gestion ambulatoire des pneumothorax par drains «queue de cochon».
Lire la suite…  
—————————————————
 
Actualité de l'urgence
 
 
 
 
Arrêt cardiaque
- Durée de la réanimation pré-choc et survie de cochons en FV.
- Hypocapnie, hypothermie thérapeutique et mortalité : Le cycle de Krebs est la clé.
- Compressions thoraciques au lit du patient ou sur le sol.
- Délai avant apparition d'une circulation spontanée et devenir neurologique post arrêt cardiaque.
- La qualité des compressions thoraciques se détériorent-elles au delà de 120/min. ?
- Une gestion « avancée » des voies aériennes améliore t-elle le devenir des arrêts cardiaques extrahospitaliers ?
- Faut-il faire du calcium à un patient en arrêt cardiaque ?
- Intervention coronaire percutanée primaire pour un arrêt cardiaque réfractaire.
Lire la suite…  
 
Hémorragies graves et innovations
Le médecin chef des services Anne Sailliol et le pharmacien en chef Anne Virginie Gachet ...
Lire la suite…  
—————————————————
 
Retour sur les congrès
 
 
Journée de pédiatrie d'urgence
Val de Grâce - 23 septembre 2014
Lire la suite…  
 
Journées d'Urgences Maritimes
Marseille - 25 et 26 septembre 2014
Lire la suite…  
—————————————————
 
Nouveaux ouvrages
 
 
L'enjeu : soigner sans s'épuiser
Un médecin généraliste, médecin du travail et un psychiatre ont, à partir de leurs approches personnelles ...
Lire la suite…  
 
Mémo Médecine Légale et Urgences
S'il est des problèmes qui embarrassent les médecins de l'urgence, ceux sont bien les problèmes ...
Lire la suite…  
 
Principes et protocoles en anesthésie pédiatrique
Cet ouvrage collectif répond à une demande des anesthésistes réanimateurs. Même si dans quelques hôpitaux ...
Lire la suite…  
—————————————————
 
Nouveaux produits
 
 
Sonde RCP Boussignac
Utilisée depuis une dizaine d'années par de nombreux services d'urgence, en France et à l'étranger ...
Lire la suite…  
 
Le plasma lyophilisé (PLYO) ou French Lyophilised Plasma (FLYP)
Le plasma lyophilisé est un plasma produit par le Centre de transfusion sanguine des armées ...
Lire la suite…  
—————————————————
 
Agenda
 
 
Congrès à venir
Lire la suite…  
—————————————————
 
Formation continue
 
 
Test de connaissances
Lire la suite…  
  Partager sur Twitter Partager sur FaceBook Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn Recommander à un ami  
 
Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit, merci de vous adresser à etriage@vygon.com.
Pour vous désinscrire de la newsletter, cliquez ici.
 



Email Marketing Powered by MailChimp

Lithiases, quoi de neuf ?

Pour commencer, voici les recommandations 2014 de l’American College of Physicians (ACP) Dietary and Pharmacologic Management to prevent Recurrent Nephrolithiasis in adults (cela vient de sortir). Je vous ai fait quelques plaques pour résumer ces recommandations (je ne me suis pas amusé à traduire).

Cliquer sur la première image pour télécharger la présentation au format PDF (155 Ko)

Lithiases ACP 2014.001

Lithiases ACP 2014.002

Lithiases ACP 2014.003

Lithiases ACP 2014.004

Lithiases ACP 2014.005

Lithiases ACP 2014.006

Lithiases ACP 2014.007

Lithiases ACP 2014.008

Voici ensuite, l’excellente présentation que la Dr Catherine Stoermann Chopard a donné à l’Hôpital de la Tour dans le cadre des Colloques La Tour sur Maladie lithiasique: bilan métabolique et prise en charge (en cliquant sur le lien, vous pouvez voir et entendre sa présentation !)

Cliquer sur l’image pour télécharger la présentation au format PDF (8.2 Mo)

Voir aussi

Calcus d’oxalate de calcium et chirurgie bariatrique 
Tout savoir sur l’oxalate dans la maladie lithiasique
Calcul rénal d’oxalate de calcium
Anomalies biologiques retrouvées lors d’un bilan de lithiase urinaire
Recommandations diététiques en cas de calculs rénaux
Il était une fois la maladie de la pierre

Source

Image vedette


VIH: défis actuels pour le néphrologue

Voici l’excellente présentation du Dr Sylvain de Lucia qu’il a intitulé VIH: défis actuels pour le néphrologue

Cliquer sur l’image pour télécharger la présentation au format PDF (4.1 Mo)

Durant sa présentation, il revient sur l’épidémiologie du VIH, il nous rappelle le cycle réplicatif et les cibles des antirétroviraux (ARV) et il parle du traitement ARV en 2014 (21 molécules et 7 combinaisons fixes), ainsi que des molécules du proche avenir.

Il traite ensuite de la néphrotoxicité du ténofovir, de l’hypertension artérielle chez le patient VIH et de la conduite à tenir en cas d’insuffisance rénale aiguë ou chronique chez un patient VIH.

Et de conclure:

  • Diminution drastique de la morbi-mortalité chez le patient VIH
  • Population vieillissante, avec haute prévalence de facteurs de risque cardiovasculaire (FRCV), avec des besoins qui restent à définir
  • Pronostic rénal à long terme (populationnel et individuel) difficile à prévoir.
  • Viser un parfait contrôle des FRCV et exposition minimale à des médicaments néphrotoxiques (risque/bénéfice avec devenirs virologiques à réévaluer régulièrement)
  • Collaboration pluri-disciplinaire indispensable

Voir aussi

Toxicité tubulaire du ténofovir
Néphrotoxicité du ténofovir

Source

www.eacsociety.org (Guidelines 2014 de la European AIDS Clinical Society)

Image vedette


La microscopie moléculaire en transplantation rénale

Voici l’excellente présentation du Dr Yassine Bouaton sur le thème La microscopie moléculaire en transplantation rénale: phénomène de mode ou réelle avancée ?

Cliquer sur l’image pour télécharger la présentation au format PDF (4.8 Mo)

Il élabore sa présentation à partir d’un cas clinique qui présente un rejet humoral aigu actif après 5 ans de transplantation rénale.

Il parle ensuite du diagnotic actuel du rejet humoral aigu (RHA) et de l’apport de la microscopie moléculaire (MM).

Le diagnsotic de RHA
se fait sur une élevation de la créatinine avec présence de DSA (Donor Specific Antibodies). La biopsie rénale peut montrer des lésions histologiques de la microcirculation (capillarite péritubulaire et glomérulite) et dépôts de C4d. Tous ces signes ne sont malheureusement pas très sensible ni très spéficique.

La Microscopie moléculaire utilise des micromatrice d’ADN (DNA-microarray) ou puce d’ADN qui sont capables d’analyser des échantillons infimes d’ADN que les méthodes classiques ne permettent pas d’étudier. Cette biotechnologie permet d’analyser le niveau d’expression de plusieurs milliers de gènes transcrit dans une cellule (rénale dans notre cas) par rapport à un échantillon de référence (cellule saine), ce qui permet de les comparer et de faire un diagnostic en fonction des différences relatives. En utilisant du tissu rénal, plusieurs variables peuvent alors être déterminées dont le score de rejet humoral (score ABMR). Ceci permet d’affiner le diagnostic basé jusqu’alors uniquement sur l’histologie et la présence de DSA.

En conclusion, la microscopie moléculaire est un nouveau biomarqueur qui répond au besoin d’améliorer la stratégie diagnostique des rejets humoraux. En stratifiant correctement le risque, cela permettrait, à terme, de personaliser le traitement. Il sera intéressant de voir si une intégration en clinique est possible.

La validation des anticorps anti-donneur dans un essai randomisé contrôlé comme biomarqueur quantitatif et l’apport de la microscopie moléculaire permettront probablement d’affiner le diagnostic et la prise en charge de ces atteintes.[1]

Source

  1. Bouatou et coll. Prise en charge du rejet humoral tardif : comment éviter le rejet chronique ? poster réunion commune SFD & SN 2014

Image vedette


Syndrome néphrotique idiopathique, quoi de neuf ?

Voici l’excellent présentation de la Dr Alexandra Wilhelm-Bals, néphrologue pédiatre, qui traite du Syndrome néphrotique idiopathique, quoi de neuf ?

Cliquer sur l’image pour télécharger la présentation au format PDF (2.3 Mo)

Au cours de cette présentation, elle revient sur les généralités du syndrome néphrotique idiopathique (SNi), les stratégies thérapeutiques, la prise en charge du SNi corticorésistante et le pronostic à long terme des SNi.

De l’épidémiologie du SNi, il faut se rappeler que la moitié des malades commencent la maladie avant 15 ans et l’autre moitié après 15 ans sans limite d’âge supérieure.

On a fait quelques progrès sur la physiopathologie du SNi depuis la publication princeps en 1974 [1] où l’on pensait que le SNi était un principalement un désordre des cellules T. Les données plus récentes suggèrent également un rôle de l’immunité B.[2]

Concernant les stratégies thérapeutiques, le traitement initial est, bien sûr, à base de stéroïdes, avec un traitement de la rechute, également, par stéroïdes.[3] En cas de rechute fréquente et de syndrome néphrotique corticodépendant, il y a beaucoup de « nouvelles » molécules (lévamisole, cyclophosphamide, mycophénolate mofétil, ciclosporine, rituximab) avec peu d’élues…

Voici un schéma de pratique courante:

Elle traite encore du SN résistant aux stéroïdes (secondairement résistant, corticorésistant (SNCR) primaire, SNCR « immunologique » et SNCR génétique) et du devenir à long terme des SNi.

Elle rappelle enfin que les patients néphrotiques sont à risque de développer de l’artériosclérose [4] (anomalie lipidique, HTA, utilisation prolongée de traitement par stéroïdes et/ou inhibiteur de la calcineurine et hyperphosphatémie) et qu’il faudrait suivre leur status cardio-vasculaire.

Source

  1. Shalhoub RJ: Pathogenesis of lipoid nephrosis: a disorder of T-cell function. The Lancet 1974, 2:556–560.
  2. Dötsch J, Müller-Wiefel DE, Kemper MJ: Rituximab: is replacement of cyclophosphamide and calcineurin inhibitors in steroid-dependent nephrotic syndrome possible? Pediatr Nephrol 2008, 23:3–7.
  3. Chapter 3: Steroid-sensitive nephrotic syndrome in children Kidney International Supplements (2012) 2, 163–171; KDIGO 2012
  4. Mostafavi S-H, Hallaji F: Carotid artery function in children with idiopathic nephrotic syndrome. Nefrologia 2013, 33:650–656.

Image vedette