Ne vous couchez plus devant la difficulté ! Intubez-les demi-assis !


L'intubation demi-assise (Head-Up) améliore le taux de succès

Mettez-les tête haute !
Plusieurs études suggèrent que l'intubation avec la tête du lit surélevée peut aider à faciliter la procédure, en particulier chez l'obèse en anesthésie mais qu'en est-il aux urgences ?


Les responsables du programme de formation des résidents de médecine d'urgence de plusieurs états des USA ont réalisé une étude observationnelle prospective sur 231 intubations effectuées par 58 résidents pendant 5 ans. Ils ont enregistré le nombre de réussite à la première tentative selon la position du malade enregistrée en 3 groupes selon l'inclinaison de l'axe tête-cou-tronc. Les résultats ont montré les taux de succès à la première tentative suivants :
  •        position quasi-verticale (> 45°) : 86% de réussite,
  •         inclinaison de 11 à 44° : 78% de réussite,
  •         décubitus dorsal (0 à 10°) : seulement 66% de réussite.

Donc, non seulement le taux de réussite était plus élevé dans le groupe avec l'inclinaison la plus forte mais les chances de succès à la première tentative ont augmenté de 11% pour chaque 5° suplémentaires d'élévation. Par ailleurs, il faut noter que la laryngoscopie directe a été utilisée dans 79% des cas et la vidéo-laryngoscopie dans les 21% restants.

Que faut-il en conclure ?
Il est possible que l'élévation de la tête du lit pour une inclinaison de l'axe tête-cou-tronc > 45° facilité la réussite à la première tentative pour l'intubation endotrachéale aux urgences. Cela reste néanmoins à prouver par la réalisation d'une étude multicentrique randomisée comparant par exemple cette position "Head-Up" au décubitus dorsal. A vos lettres d'intentions les amis !


Référence
Turner JS, et al. Feasibility of upright patient positioning and intubation success rates at two academic emergency departments, American Journal of Emergency Medicine (2017) http://dx.doi.org/10.1016/j.ajem.2017.02.011

Un remède de cheval pour le patient agité aux urgences ?



A-t-on l’idée saugrenue d’utiliser un tranquillisant vétérinaire chez les patients agités aux urgences ?


 
Il y a peu de publications sur l’utilisation de la kétamine en première intention pour les patients agités. L’American Journal of Emergency Medicine publie ce mois-ci une étude observationnelle prospective dont les conclusions sont intéressantes. Celle-ci a en effet révélé qu'une dose médiane de 1 mg/kg IV ou 3 mg/kg IM de ketamine (comparée au midazolam 3 mg IV / 2,2 mg IM, lorazépam 2 mg IV / 2,4 mg IM, halopéridol 6 mg IM ou halopéridol / lorazépam 5 mg / 2 mg) a été beaucoup plus efficace pour traitée l'agitation à 5, 10 et 15 minutes. Par ailleurs, il n'y avait pas d'augmentation du nombre d’effets indésirables dans le groupe traité par kétamine. En particulier, son usage n’a entrainé aucun retentissement hémodynamique contrairement aux autres médicaments utilisés dans les autres bras de l’étude. La kétamine semble donc être un médicament de première ligne très efficace et sûr pour les patients agités aux urgences. Pour les anglophiles, PharmERToxGuy a remarquablement résumé les résultats de cet article.


 
 

 

Référence

Riddell J, Tran A, Bengiamin R, Hendey GW, Armenian P. Ketamine as a first-line treatment for severely agitated emergency department patients. Am J Emerg Med. 2017 Feb 13. pii: S0735-6757 (17) 30114-6. Doi: 10.1016 / j.ajem.2017.02.026. [Epub before print]

 

 

 

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28237385


Abstract


 
OBJECTIVE:

Emergency physicians often need to control agitated patients who present a danger to themselves and hospital personnel. Commonly used medications have limitations. Our primary objective was to compare the time to a defined reduction in agitation scores for ketamine versus benzodiazepines and haloperidol, alone or in combination. Our secondary objectives were to compare rates of medication redosing, vital sign changes, and adverse events in the different treatment groups.


METHODS:

We conducted a single-center, prospective, observational study examining agitation levels in acutely agitated emergency department patients between the ages of 18 and 65 who required sedation medication for acute agitation. Providers measured agitation levels on a previously validated 6-point sedation scale at 0-, 5-, 10-, and 15-min after receiving sedation. We also assessed the incidence of adverse events, repeat or rescue medication dosing, and changes in vital signs.

RESULTS:

106 patients were enrolled and 98 met eligibility criteria. There was no significant difference between groups in initial agitation scores. Based on agitation scores, more patients in the ketamine group were no longer agitated than the other medication groups at 5-, 10-, and 15-min after receiving medication. Patients receiving ketamine had similar rates of redosing, changes in vital signs, and adverse events to the other groups.

CONCLUSION:

In highly agitated and violent emergency department patients, significantly fewer patients receiving ketamine as a first line sedating agent were agitated at 5-, 10-, and 15-min. Ketamine appears to be faster at controlling agitation than standard emergency department medications.

 

Copyright © 2017 Elsevier Inc. All rights reserved.